img img

" " ǡ

  > . > Forum Franais

 
03-13-2019, 09:11 AM   : 1
.






Quelques rgles lmentaires du takfr

Quelques rgles lmentaires

du takfr



Voir*: e-takfr wa dhawbituhu de Shekh Ibrahim e-Ruhal.



Dun point de vue terminologique, il faut savoir que le kufr correspond pour certains savants tout ce qui soppose la foi ou pour la plupart, renier nimporte quel enseignement du Prophte (r)*; cela concerne aussi bien les masil el ilmiya (ou usl pour certains) que les masil el amaliya (ou fur pour certains). Notons quil sagit dans cette dfinition du kufr akbar (majeur). Cest dailleurs de cette faon quil est utilis dans les textes, sauf si le contexte spcifie quil sagit du kufr asghar (mineur).



Ainsi, les textes font plus souvent allusion aux kufr akbar, bien quil puisse sagir du kufr asghar ou, comme le formulent les savants, du kufr dn kufr. Cest le cas pour la question du hukm bi ghari m inzala Allah, dans la mesure o son auteur ne lautorise pas moralement (cest la question de listihll), comme le souligne ibn Tamiya et Shekh ibn Bz.[1] Il peut sagir galement du kufr e-nima (lingratitude). Dans ces deux cas, on parle de kfir de faon relative, non de faon absolue.



Le kufr est galement nomm dans les textes, shirk (association), zhulm (injustice), et fisq (perversit). Il y a donc un shirk dn shirk, du zhulm dn zhulm et du fisq dn fisq, comme il y a un shirk akbar, un zhulm akbar et un fisq akbar. En tenant compte de ces notions, on sloigne des deux tendances extrmes*: el hijr wa e-takfr et des murjites.



Pour certains savants, le kufr est synonyme du shirk, pour dautres, le kufr a un sens plus gnral.[2] En fait, le shirk comme nous allons le voir, est lun des facteurs du kufr parmi tant dautres. Cest pourquoi, les savants disent que tout shirk est du kufr, mais que le contraire nest pas vrai, bien que les textes puissent utiliser le shirk dans le sens du kufr, conformment la rgle (itlq el juz ala el kull). Le contraire est aussi valable, on parle alors ditlq e-sha bi badh shuabihi.



Le kufr se subdivise selon plusieurs critres*:

1- En fonction de son statut, il se divise en kufr akbar et kufr asghar*:

Le kufr akbar soppose radicalement la foi et touche lessence mme de la foi (asl el mn) et son auteur est vou lenfer ternel. On parle de kufr mukhrij min el milla.

Le kufr asghar soppose pour sa part une foi parfaite rclame (kaml el iman el wjib), mais ne fait pas sortir son auteur de la religion. On parle de kufr ghar mukhrij min el milla. Tous les petits et les grands pchs entrent dans cette catgorie.



2- En fonction des motivations de son auteur et de ses facteurs, le kufr se subdivise en six grandes catgories*:



Premirement el inkr*: (renier*: quand on parle de sa provenance, autrement dit le cur), e-takdhb (dmentir*: quand on parle de lorgane par lequel il se matrialise), et du kufr el jahl (ignorance*: quand on parle de sa motivation). Il est noter que cette catgorie est peu courante en raison de la venue des prophtes par lesquels la preuve dAllah est tablie contre les hommes.[3]

Deuximement el juhd*: qui consiste reconnaitre Allah avec le cur, sans le traduire dans les paroles, comme cest le cas pour Pharaon.

Le kufr juhd*: se divise en deux catgories*:

en kufr mutlaq qui concerne le tahwd e-rububiya, les lois dAllah ou la mission des messagers*;
*et en kufr muqayid qui consiste renier une obligation, un interdit, ou nimporte quel enseignement de la religion.[4]
Troisimement el ind*: qui consiste reconnaitre Allah avec son cur et dans les paroles, mais sans pour autant se soumettre sa religion comme Ab Tlib. Dans ce sens, nous avons le fameux kufr el b (par refus) et el istikbr (par orgueil) dibn Qayim qui concerne notamment Shatan et la plupart des Juifs.

Quatrimement e-nifq*: qui consiste reconnaitre la religion avec la langue sans ny adhrer avec le cur. Cest le cas des hypocrites. Il est certes diffrent du kufr au niveau des apparences, mais en regard du devenir de son auteur dans lau-del, cest une forme de kufr. L aussi, il est question de nifq akbar et* nifq asghar.

Cinquimement el irdh*:*qui consiste se dtourner du message et ne pas vouloir lentendre sans forcment le dmentir ou le renier.

Siximement e-shakk*: qui consiste ne pas totalement tre convaincu du message prophtique.



3- En fonction des membres avec lequel il se matrialise, il se divise en trois catgories*:

El kufr el qalb*: qui concerne les lments de la croyance qui touchent au kufr akbar (comme le reniement, le scepticisme, lassociation dans les trois domaines du tawhd*: Rububiya, Ulliya, el Asm wa e-Sift).

El kufr el qawl*: qui concerne les paroles et touche aussi bien le kufr akbar que le kufr asghar. Il faut savoir ici que les paroles traduisent la croyance. Celui qui apostasie avec la langue, apostasie immanquablement avec le cur, contrairement aux jahmites pour qui les paroles extriorisent la croyance, sans relever du kufr en elles-mmes*; cest le dall zhhir. Ainsi, peu importe que celui qui prononce le kufr soit convaincu par ses paroles ou non, tant donn quil les a dites en toute me et conscience (tatbuq e-zhhir bi el btin). Seul le mukra (qui les prononce sous la contrainte) est excusable.

El kufr amal*: qui concerne les actes et qui se subdivise en

en mukhrij min el milla qui correspond aux actes sopposant littralement la foi (blasphmer, se prosterner devant une idole, uriner sur le Coran)*;
et ghari mukhrij min el milla comme le hukm bi ghari m inzala Allah et trik e-slat comme le souligne ibn el Qayim.[5]
*Ainsi, il est plus prcis de classer le kufr de cette faon que de le classer en amal pour parler du kufr asghar et itiqd pour parler du kufr akbar tant donn que certains actes du domaine du kufr amal relvent du kufr akbar.



4- En fonction de savoir sil provient dun non-musulman ou dun musulman, il se divise en deux catgories pour lesquelles la loi prvoit des statuts diffrents*:

Kufr asl*: qui sont les non-musulmans (qui se divisent en *adeptes du Livre* et paens)

Kufr tr*: cest lapostasie (ridda) qui se vrifie galement au niveau du cur, des paroles et des actes.



5- En fonction de son statut dans labsolu (mutlaq) et appliqu sur un cas particulier (muayin)*:

Le kufr el mutlaq a deux degrs*: il peut concerner une croyance, une parole ou un acte (trinit, blasphme, manichisme, etc.) comme il peut concerner une communaut particulire (Juifs, chrtiens, shiites duodcimains, et jahmites). Pour le cas particulier, le kufr el muayin nest effectif quaprs avoir rempli certaines conditions pour le prononcer et avoir palier toute restriction possible.

Il est noter trois choses ici*:

les branches du kufr nont pas toutes la mme gravit et le mme statut en regard de la loi, comme nous lavons dj vu.
Une seule personne peut avoir en mme temps en elle des branches du kufr et des branches de lislam, des branches de lhypocrisie et de la foi, des branches du shirk (riy) et du tawhd. La balance penche dun ct ou de lautre en fonction de lintensit de chacune.
Celui qui commet du kufr asghar perd le statut de croyant vritable (mu-min), bien quil reste musulman.


Il revient uniquement aux textes scripturaires de dfinir les lments qui font ou qui ne font pas sortir de la religion. Cest dans ce sens quil faut comprendre que le takfr est le droit exclusif dAllah. Cela ne signifie nullement quon na pas le droit de taxer un musulman dapostat dans labsolu, comme on pourrait le comprendre des paroles de certains savants comme Sheikh el Uthamin.

*********************************************

Parfois le kufr consiste ne pas se soumettre la Loi divine : cela se traduit au niveau des croyances qui vont lencontre des enseignements de la religion, des paroles (pour celui qui ne prononce pas le premier pilier de la foi, ce qui relve du kufr akbar) et des actes (qui touchent aux quatre autres piliers de lislam).



Parfois, il consiste enfreindre un interdit*: il est de deux sortes*:

Primo: les actes qui relvent du kufr akbar lunanimit des savants*; ils sopposent radicalement la foi et vont lencontre des fondements mmes de lislam. Ils se vrifient galement au niveau de la croyance, des paroles et des actes (comme la prosternation devant une idole, le blasphme, le shirk dans les trois domaines du tawhd, le panthisme, la rincarnation, la Trinit).

Secundo*: les actes qui ne relvent pas du kufr akbar lunanimit des savants et qui ne sopposent pas la foi mme (ladultre, lalcool, le meurtre, lusure, le vol, le mensonge, la dsobissance aux parents, etc.). Cest dans ce sens-l quil faut comprendre les paroles des traditionalistes disant quils ne vouent aucun musulman lanathme en raison dun pch commis. Il faut le comprendre dans la mesure o ce pch nest pas en relation avec lessence mme de la foi. Cela concerne donc autant les grands que les petits pchs, contrairement la croyance des kharijites et des mutazilites, qui condamnent lEnfer ternel lauteur dun grand pch.



Enfin, les dtails que nous avons cits prcdemment sur les questions du kufr (au niveau de la croyance, des paroles et des actes) concernent le domaine de labsolu ou du cas gnral (du kufr el mutlaq). Quant au cas particulier (kufr el muayin), il faut attendre dtablir les preuves prophtiques contre son auteur (iqmat el hujja) avant de statuer sur lui



Ainsi, le takfr est un sujet complexe, quil ne faut pas prendre la lgre. On ne peut sy aventurer sans tenir compte de nombreux paramtres et facteurs. Cest dans ce sens que les traditionalistes disent quil appartient aux textes[6] et aux savants,[7] non quil soit interdit dans labsolu dexclure un cas particulier du giron de la religion. Le musulman scrupuleux est sur ses gardes*; il ne fait pas preuve dun zle injustifi, et ne il joue pas sur un terrain glissant. Surtout si lon sait quun tel jugement est lourd de consquences.



Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/




[1] Voir*: minhaj e-sunna (5/131) et fatawa ibn Bz (3/990-991).

[2] Shekh el fawzn dit ce sujet : *Il y a entre eux des points communs et des diffrences. Tout mushrik est un kfir, mais le contraire nest pas forcment vrai tant donn quil existe plusieurs catgories de kufr*: juhd, takdhb, tatl. Dans ces cas, on parle uniquement de kfir non de mushrik, tant donn que leur auteur ne croit pas en Dieu. Quant au mushrik, ce dernier croit en Allah, bien quil adore un autre avec Lui. Telle est la diffrence entre le mushrik et le kfir.* [Voir durs min el Qur-n el Karm (p. 181)]

[3] Ibn el Qayim explique*: *Deux individus mritent le chtiment*: le premier se dtourne de la preuve dAllah par ngligence et ne veut ni la mettre en pratique ni mettre en pratique ce quelle implique. Le second sen dtourne par orgueil aprs lavoir reue et il dlaisse ses implications.

Le premier touche au kufr irdh,

Et le second au kufr ind.

Quant au kufr el jahl sans que la preuve dAllah ne soit venue et sans avoir la possibilit dy avoir accs, cest ce genre de kufr au sujet duquel Allah napplique pas le chtiment, pas avant que la preuve prophtique ne soit applique.* [Voir*: tarq el hijratan (p. 414)]

[4] Voir*: Madrij e-slikn (1/335-337)*dans lequel ibn el Qayim souligne que le juhd se concrtise de deux faons*: soit le juhd el mutlaq (intgral) en reniant toute la Lgislation musulmane soit le juhd muqayid (partiel) en reniant une ou plusieurs lois.

En outre, la nuance entre le takdhb et le juhd se rsume en deux points*:

Le kufr juhd consiste dmentir avec la langue, tout en ayant connaissance de la chose au fond de soi.
Le kufr juhd est aliment par lobstination.
Voir*: madrij e-slikn dibn el Qayim (1/367).

[5] E-salt wa hukm trikih (p. 37).

[6] Voir*: majm el fatwa (12/252) et manhj e-sunna (5/92) dibn Tamiya.

[7] Voir*: ilm el mawqin (1/10) dibn el Qayim, el istiqma (1/165) dibn Tamiya et sharh el aqda e-tahwiya (p. 436), majm el fatwa (12/487-488) et manhj e-sunna (5/158) dibn Tamiya.







 

« | »




09:07 PM

- -

Powered by vBulletin® Version 3.8.7
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions, Inc.