img img

" " ǡ

  > . > Forum Franais

 
02-22-2018, 10:56 AM   : 1
.






Linfaillibilit des prophtes






Linfaillibilit des prophtes

(Partie 1)



Voir*: majm el fatw (10/236-336).



[Il est le Dieu Absoluteur et Affectueux Dtenteur du Trne et Tout-Glorieux Qui fait sa guise tout ce quIl veut][1]*; [car Ton Seigneur ne lse aucune de Ses cratures].[2]



Selon un hadth divin rapport de source sre, Allah (I) proclame*: *Moi, Je dclare la guerre qui sen prend lun de Mes lus. Rien na plus grce Mes Yeux que lobservance de Mes commandements. À partir de l, plus Mon serviteur sadonne aux uvres volontaires pour tendre vers Moi davantage plus il trouve grce Mes Yeux, et plus Je laime. Et quand Je laime, je suis son oue par laquelle il entend, sa vue par laquelle il voit, sa main par laquelle il prend, et son pied par lequel il marche. Partout, Je guide ses sens et ses membres. Ses vux sont exaucs et ses peurs dissipes la faveur de la protection quil Me sollicite. Rien ne me fait autant hsiter que de reprendre Son me, car Il dteste la mort, et Moi, Je dteste le voir souffrir, sauf que la mort est inluctable.* [3]



[Ceux qui ninvoquent rien ni personne en dehors dAllah, qui, moins dun motif lgitime, nattentent pas la vie sacre par lordre dAllah, et qui sabstiennent de forniquer ; qui se rend coupables de ces crimes encoure la punition cleste Un double chtiment lattend dans lautre monde o il sera frapp dopprobre pour lternit Mis part ceux qui font acte de repentance pour embrasser la foi et la vertu*; en rcompense, Allah transforme leurs fautes passes en bonnes actions, car Il est Absoluteur et Tout-Misricordieux][4]*; [Allah ne prodigue Son Absolution qu ceux qui font le mal sous lemprise de lignorance, mais qui sen repentent suffisamment tt*; ceux-l Il accorde Son Pardon, car Il est un Dieu Sage et Omniscient].[5]



En exgse ce Verset, Ab el Âliya explique*: *Jai questionn les Compagnons du Messager dAllah (r) au sujet de ce Verset, et tous mont rpondu que tout pcheur est ignorant, et insens, et que*: [suffisamment tt]*; correspond la mort qui est la date butoir du repentir.*[6]

*

Il existe un article de foi, frapp dun consensus de la communaut, octroyant linfaillibilit aux prophtes pour tout ce qui touche la transmission du message et de la Rvlation. Nous croyons dune foi ferme tous leurs enseignements*: [Dites*: Nous avons cru en Allah, aux lois qui nous furent rvles, celles qui furent envoyes Ibrhm, Isml, Ishq, Yaqb, et aux tributs dIsral*; comme nous croyons celles que reurent Ms et Îs de la part de Leur Seigneur*, ainsi que tous les autres prophtes*sans oprer entre eux la moindre distinction, et cest Allah que nous sommes entirement soumis Et si les gens du Livre se plient votre croyance, ils seront sur le bon chemin, et sils sen dtournent, cest quils seront loigns davantage de la vrit, mais Allah te suffit contre leur rbellion, Lui le Dieu Entendant suprme et Omniscient][7]*; [mais la vertu est de croire en Allah, au Jour du jugement dernier, aux anges, aux Livres, et aux Prophtes][8]*; [Le Messager a cru au Livre qui lui fut rvl de la part de Son Seigneur, au mme titre que les croyants*: tous croient en Allah, Ses anges, Ses Livres, et Ses messagers, sans noprer la moindre distinction entre ces derniers*; ils disent*: nous entendons et obissons*! Accorde-nous Ton pardon, Seigneur, car cest vers Toi que ce fera Notre retour].[9]*



Par contre, le commun des mortels, y compris les plus vertueux dentre eux qui ne sont pas labri de lerreur, ne jouissent pas de ce privilge. Cest pourquoi, loutrage profr contre la personne dun prophte est passible de la peine de mort lunanimit des lgistes*; alors quun individu ordinaire qui fait lobjet dun affront nest pas log la mme enseigne. La sanction encourue par le coupable nest pas aussi svre.



Nous parlons ici de linfaillibilit des prophtes dans les domaines qui touchent la transmission du message, et sur lequel rgne un consensus. En dehors de ceux-ci, les choses sont beaucoup plus alatoires. Il est tablit quen vertu de leur condition humaine, les prophtes ne sont pas labri de lerreur ou du faux pas, condition que cela ne remette pas en cause la prophtie. Toutefois, les rudits ne se sont pas mis daccord sur lorigine de la preuve qui tablit ce point*: est-elle dordre rationnelle ou textuelle*? Ils divergent galement sur la gravit des fautes auxquelles ils sont sujets*: relvent-elles des pchs vniels ou capitaux*? Sont-ils immuniss contre une catgorie de pchs en particulier*? Aussi, ils nont pas une opinion homogne sur ltendue de cette *immunisation**: sont-ils empchs catgoriquement de commettre un pch, ou bien sont-ils empchs dtre maintenus dans lerreur sans que nintervienne la Rvlation pour rectifier le tir*? Peut-on dire carrment que cette fameuse infaillibilit est restreinte au domaine de la transmission du message*? Avant son avnement, est-il possible quun prophte soit coupable dun pch ou mme dimpit*?



Nous avons dvelopps tous ces points ailleurs, mais, en un mot, en accord avec les annales des anciens sur le sujet, la grande majorit des musulmans saccordent dire que, dans labsolu, les hommes de Dieu ne sont pas maintenus dans la transgression sans que nintervienne la Rvlation pour les corriger.*Les tenants de cette opinion rfutent ceux qui envisagent lhypothse du contraire, et qui ne voient pas dinconvnient ce que la Rvlation ferme les yeux sur les infractions commises par ses ambassadeurs. À y regarder de prs, les arguments des pro-infaillibilit de tout bord dfendent cet avis des degrs diffrents.



En aucun cas, les arguments de lautre tendance ntayent lide que les prophtes aient ventuellement leur passif une tache que la Rvlation naurait pas signale. Les pro-infaillibilit, en effet, soulignent que nous devons lgalement prendre les prophtes en exemple. Cela nest possible que dans la mesure o ils sont les auteurs potentiels de dfaillances qui sont propres leur condition dtre humain. Ils sont nos exemples pour leurs actions que le Lgislateur a valides, non celles auxquelles ils ont renonc une fois quelles furent frappes dune interdiction. Cest exactement le mme principe pour les lois abroges que nous ne sommes plus tenus de suivre. Il est inadmissible de les considrer encore en vigueur, et, fortiori, de les imposer grande chelle.



Les pro-infaillibilit ultra partent galement de la logique rationnelle que toute faiblesse dtecte chez un prophte entame son statut dhomme parfait. Pour eux, plus une crature est comble par Dieu moins elle est excusable de Lui dsobir, et moins elle aura envie de le faire. Nous leur concdons volontiers ce raisonnement, mais condition quelle soit maintenue dans son mauvais choix ou quelle daigne y renoncer. Ce qui nest pas le cas ici, en sachant que non seulement la rdemption valide par le Tout-Misricordieux tire un trait sur le pass, mais elle lve le repenti des degrs suprieurs dans la hirarchie des lus.

Le Dwd (u)*repenti sleva plus haut dans les sphres de la pit, nous apprend un ancien en substance. Un autre nous explique que si Allah napprciait pas au plus haut point la repentance, Il naurait jamais daign que ses cratures prfres enfreignent Sa loi.



Selon Anas ibn Mlik (t), le Messager dAllah (r) a dit*: *Allah est extrmement heureux daccueillir le repentir de son serviteur. Il lest plus encore quun voyageur dsespr, au beau milieu du dsert, aprs avoir perdu sa monture et ses provisions. Épuis par une longue* recherche, sans trop y croire, il revient sur ses pas, lendroit o il la perdue. L, il sallonge lombre dun arbre dans lattente de la mort. Extnu de soif, il sendort, et son rveil, il trouve son chameau ses pieds. Il agrippe aussitt sa lanire, et emport par la joie, il scrit sans sen rendre compte : *Ô Allah, Tu es Mon serviteur, et moi Ton seigneur*!** Rapport par el Bukhr et Muslim.[10]



Allah (I) rvle*: [car Allah aime Ses serviteurs qui, sans cesse, se repentissent, et qui se purifient][11]*; [Mise part ceux qui font acte de repentance pour embrasser la foi et la vertu*; en rcompense, Allah transforme leurs fautes passes en bonnes actions, car Il est Absoluteur et Tout-Misricordieux].[12] Un hadth certifi par*les deux meilleurs recueils en la matire nous informe quau jour de la rsurrection, lors de sa comparution devant Dieu, un pcheur sera trs contrari quIl se contente dexposer ses pchs vniels, dans lattente embarrassante quil passe ensuite ses crimes. Il reconnaitra chacune de ses fautes mineurs, la suite de quoi Allah lui proclamera*: *Moi, Je te les ai pardonns, et Jai chang chacune dentre elles en bonne action*!

Seigneur, sexclamera-t-il ahuri, il me reste encore des fautes qui nont pas t exposes*!*[13]
Ds quil apprendra que ses petits pchs seront changs en bonnes actions, il se prcipitera de dvoiler les plus grands qui, peine quelques instants auparavant, lui hantaient lesprit. Il va sans dire que sils ne les avaient pas commis, il naurait pas connu une joie aussi grande que suscita lannonce quil venait dentendre.



Plusieurs prdcesseurs, limage de Sad ibn Jubar, avancent quune bonne action mne en lEnfer, comme une mauvaise action mne au Paradis. La bonne action qui pousse lorgueil et la fiert mne en Enfer, et la mauvaise action qui suscite hantise et repentir mne au Paradis*: [alors que lhomme, ignorant et injuste, sest en charg Il en fut ainsi afin que la sentence dAllah sexcute contre les hommes et les femmes hypocrites et idoltres, et que Son Pardon touche les croyants et les croyantes, car Il est Absoluteur et Tout-Misricordieux].[14] Les croyants et les croyantes nont-ils pas pour but ultime de gagner labsolution divine*?



Le Coran, la sunna authentique, et mme les anciennes Écritures offrent une pluie dexemples en accord avec ce principe. Ceux-ci sont tellement nombreux quil serait quasiment impossible de les recenser tous.



Bien sr, les pro-infaillibilit ultra, qui refuse dadmettre quun prophte fasse lobjet du moindre pch (avec les dtails noncs plus haut), contestent la chose. Ils interprtent les textes pour les faire aller dans leur sens, la manire des jahmites, des qadarites (gnralement diviss en adeptes du libre-arbitre et dterministes), et des penseurs-libres qui dfigurent respectivement les textes lis aux Noms et Attributs divins, au destin, et la rsurrection. Cette lecture image des textes est reprise par les sectes sotriques btinites dont les manipulations aberrantes nchappent personne.



Les pro-infaillibilit ultra, dont nous ne remettons pas en question les bonnes intentions, causent du tort aux prophtes au moment o ils cherchent les dfendre. Sans sen rendre compte, ils passent de farouches partisans dacharns dtracteurs*!



Encore une fois, linfaillibilit corrobore par les textes scripturaires, la raison, et le consensus concerne uniquement la transmission du message. Celle-ci ne leur sert pas grand-chose si lon sait quils nadhrent pas rellement au message quils tordent pour le faire aller dans leur sens*: ils souscrivent la lettre, non lesprit de la loi*: [Une partie dentre eux sont des vulgaires illettrs qui ne connaissent du livre que la lecture, et qui se livrent de viles conjectures].[15] Leur conception de linfaillibilit leur est dautant moins utile quelle ne les concerne pas directement*; celle-ci est purement virtuelle,*et sans effet sur les devoir religieux qui leur incombe. Ils sarrogent le droit, sans la moindre lgitimit scripturaire, de faonner leur propre vision de la prophtie. Ils sont pourtant senss donner foi ses ambassadeurs qui ils feraient bien dobir sils dsirent gagner la flicit et tre sauvs du malheur ternel*: [Dis-leur*: obissez Allah et obissez au Messager, et sils lui tournent le dos, lui ne fait quassumer la charge qui lui incombe*; alors vous dassumer la vtre*par votre obissance qui vous mnera sur le droit chemin quil a pour seule mission dclairer].[16]



Le Coran relie de faon rcurrente entre la prophtie et le repentir de ses ambassadeurs. Jugez-en avec*Adam et Eve*: [Seigneur, pleurrent-ils, nous nous sommes fait du tort nous-mmes, et sans Ton pardon et Ta misricorde, nous serons perdus jamais][17]*;*Nh : [Seigneur, reprit No, garde-moi de Te poser des questions sur des sujets qui me dpassent, et sans Ton pardon et Ta misricorde, je serais perdu jamais][18]*; Abraham*: [Seigneur, accorde-nous Ton Pardon mes parents et moi, ainsi qu tous les croyants le jour o Tu rgleras les comptes de Tes cratures][19]*;*[Et en qui mes espoirs sont ports afin que, le jour des comptes, Il maccorde Son pardon][20]*; *Mose*: [ Seigneur, Tu as eu loccasion de les anantir, avant cela, avec moi au milieu deux, mais Tu ne las pas fait, alors pourquoi faire prir maintenant les meilleurs dentre nous cause dune poigne dinsenss*? Tu tes servi de lpreuve du veau dor pour garer les uns et guider les autre selon Ton bon Vouloir, Toi, Notre Protecteur*; alors pardonne-nous et accueille-nous au sein de Ta Misricorde, car Tu es le meilleur des Absoluteurs Et prescris-nous une belle part ici-bas et dans lautre monde, nous qui revenons vers Toi repentants][21]*;*[Seigneur, je me suis fait du tort moi-mme, aussi pardonne-moi][22]*; [Puis, ayant repris ses esprits, il scria rsign*: Je proclame Ta Grandeur pour Te tmoigner mon repentir, moi qui suis le premier te croire*!][23]*;*David*: [Dwd comprit aussitt quelle fin Nous lui avions expos cette parabole, tant est si bien quil scroula le front pos sur le sol pour implorer Notre pardon Nous dcidmes de lui pardonner son inadvertance*; lui qui tenait Nos Yeux une place privilgie, sera bientt gracieusement honor][24]*;*Salomon*: [Nous mmes galement lpreuve Sulamn avec ce frle avorton qui, ayant chou sur son trne, lui rappela le souvenir de Son Seigneur Quil implora*: Seigneur, pardonne-moi, et fais-moi jouir dun pouvoir tel que personne lavenir ne pourra convoiter, car je sais que Tu es le Donateur suprme*!].[25]



À suivre

*********************

Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/






[1] Les constellations ; 14-16

[2] Les Versets dtaills ; 46

[3] Rapport par el Bukhar (n 6502), selon Ab Hurara (t).

[4] Le discernement*; 70

[5] Les femmes*; 17

[sous lemprise de lignorance]*: autre traduction possible*: [ouvertement]*; ou encore [de faon insense].

[6] Rapport par Tabar dans son recueil dexgse.

[7] La vache*; 136-137

[8] Les fourmis*; 14

[9] La vache*; 285

[10] Rapport par el Bukhr (n 6309) en rsum, et Muslim (n 2747) qui revient lnonc.

[11] La vache*; 222

[12] Le discernement*; 70

[13] Rapport par Bukhr (n 6308), et Muslim (n 2744), selon Abd Allah ibn Masd (t).

[14] Les coaliss ; 72-73

[15] La vache*; 78

[16] La lumire*; 54

[17] Les remparts*; 23

[18] Hd*; 47

[19] Ibrhm*; 41

[20] Les potes*; 82

[21] Les remparts*; 155-156

[22] Les rcits*; 16

[23] Les remparts*; 143

[24] Sd*; 24-25

[25] Sd*; 34-35






 
02-23-2018, 10:26 AM   : 2
.






: Linfaillibilit des prophtes




Linfaillibilit des prophtes

(Partie 2)



Il y a un prophte qui ne fut pas associ au repentir, tant donn quil neut rien se reprocher. Il sagit de Joseph le Vridique qui le texte sacr tresse des lauriers*: [Nous avions dcid de le prserver du mal, et de la turpitude, car il comptait parmi les lus que Nous avons couvs sous Notre protection].[1] Il fut donc pargn de commettre les mmes inadvertances que ses pairs. Ce traitement de faveur nest pas remis en question par le dbut du passage*: [Elle fut compltement subjugue par Ysaf qui avait beau rsist, et qui aurait pu, lui aussi, succomb sa beaut, sil navait pas t secouru in-extremis par un signe que Son Seigneur brandissait sous ses yeux].[2]



Le *hamm* (que nous avons traduit ici par *succomb* ndt.) est un nom gnrique qui reflte le dsir divers degrs partant de la pense furtive, comme le souligne lImm Ahmed, la dcision ferme, voire, dans certains cas, lobsession.



Le Prophte (r) met en lumire ce phnomne dans un hadth que saccordent rapporter el Bukhr et Muslim*: La mauvaise pense est sans effet sans la faire suivre par un acte, et elle vaut mme une rcompense condition dy renoncer pour plaire Dieu. Cependant, en la mettant excution, elle est compte pour un seul pch.*[3] Ainsi, la mauvaise pense qui nest pas suivi dans les actes est sans consquence, dans le sens o elle ne vaut ni une rcompense dans la mesure o le Visage dAllah nest pas le moteur dans la dcision dy renoncer ni un pch. Revenons Ysaf qui a refoul lmotion lui ayant travers lesprit en vue de plaire Dieu, sinon il naurait reu aucun secours. Ce fut sa fidlit sincre au Trs-Haut qui le sauva de lignominie. Sil navait eu aucune envie, elle ne se serait pas interpose comme un rempart pour vacuer linfamie. Le fils de Yaqb (u) mrita donc une rcompense pour avoir t en lutte avec ses pulsions*: [Sous lemprise des impulsions du Dmon, au souvenir de Leur Seigneur, les humbles serviteurs reviennent la raison].[4]



Des annales apocryphes racontent que le frre de Benjamin, entre autre, ouvrit son pantalon pour sinstaller entre ses cuisses*; et que juste au moment de commettre lirrparable, il eut la vision de son pre en train de se mordre les doigts, rong par le dpit. Ces histoires, qui nont aucune origine scripturaire, sinspirent de rfrences juives clbres pour leurs blasphmes contre les hommes de Dieu sur lesquels, pour dfendre leurs vils intrts, ils nhsitent pas mentir. Toutes les sources musulmanes sur le sujet remontent ces rfrences fallacieuses quaucun texte prophtique ne recoupe.



Or, on pourrait penser quun passage de la sourate Ysaf met mal notre dmonstration. Il sagit du Verset*: [Mais, quoi bon vouloir blanchir une me qui, par nature, est encline vers le mal, moins quelle ne soit touche par la grce de Mon Seigneur].[5] Celui-ci ne reproduit pas les confessions de Joseph, mais de la femme du grand Intendant dÉgypte. Il suffit de remonter quelques lignes plus-haut pour dissiper les doutes qui persistent encore sur la chose. Alors, reprenons depuis le dbut*: [Et au roi dordonner*: quon mamne cet homme*! Lmissaire se rendit la prison o il trouva Joseph qui refusa de le suivre sans prendre ses prcautions*: retourne auprs de ton maitre et demande-lui dinterroger les femmes de la cour qui se sont coupes le doigt la suite dun complot que Mon Seigneur Omniscient connait en dtail Le roi sadressa alors aux dames du palais*: racontez-moi ce quil sest pass avec Ysaf le jour o vous avez tent de le sduire*: que Dieu nous garde,*sexclamrent-elles ! Nous navons jamais rien remarqu dinconvenant chez lui. Prise au dpourvu, lpouse du grand intendant prit la parole*: il est temps dclairer la vrit au grand jour. Le jeune homme est innocent, et cest moi qui ai voulu user sur lui mes charmes Si je tiens faire mes aveux, cest pour que mon mari sache que je nai jamais sali sa couche, et, de toute faon, Dieu djoue toujours la trahison Mais, quoi bon vouloir blanchir une me qui, par nature, est encline vers le mal, moins quelle ne soit touche par la grce de Mon Seigneur qui, heureusement, est Absoluteur et Tout-Misricordieux].[6]



Du dbut la fin, les propos reviennent la femme du grand Intendant. Joseph, qui tait encore dans sa gele, na pas assist la scne, et, ce moment-l, il na pas encore rencontr lhomme qui tenait les rnes du Pouvoir*; et, donc, jusqu prsent, il na pas eu loccasion de se justifier devant lui ni de rpondre ses questions. Le grand intendant, qui manquait cruellement de jalousie, avait pris sa femme en flagrant dlit en train dattirer dans ses bras leur jeune valet qui lui rsistait*; mais cette dernire le rassura*: [cest pour que mon mari sache que je nai jamais sali sa couche]. Elle fut bien oblige davouer quelle fut subjugue par la beaut hors du commun de celui que leur maison abritait depuis sa tendre enfance, mais que jamais, toutefois, elle ne trahit son mari en son absence. Elle tenait le prciser. Une fois la vrit rtablie, le souverain renvoya, pour la seconde fois, chercher Ysaf : [Sur ces mots, le roi ritra son ordre*: ramenez-le moi ici que je lui rserve une place de choix au sein de mon cercle familier. Aprs avoir chang avec lui, il confirma sa dcision*: partir daujourdhui, tu jouiras dun rang digne dans la hirarchie du royaume qui taccordera toute sa confiance].[7] *



Les exgtes qui nadmettent pas ce bon droulement des vnements font lgion. Ils font intervenir Ysaf au beau milieu de la conversation, et, souvent, ils nenvisagent aucun autre scnario qui est aussi infond quinadmissible. Nous avons dmontr ailleurs quaucun argument nintercde en leur faveur.[8]**



[Linfaillibilit des prophtes avant la prophtie]



Cette dmonstration dtruit la base lallgation selon laquelle Allah ne choisirait pour la prophtie que des hommes nayant jamais eu aucun blme sur la conscience. Les rfidhites, entre autres, dfendent cette opinion. Une tendance similaire, tout aussi bancale, assume que tous les prophtes taient soumis Dieu avant leur avnement. Celle-ci part du principe que les pchs, ces marques de limperfection, ne sient pas au statut de prophte. Cependant, elle oublie que le repentir sincre gomme cette imperfection pour faire accder un degr de plnitude. En occultant cette donne, on arrive forcment une conclusion grossire. Le repenti, en effet, ne fait lobjet daucun reproche ni daucune punition. Les effets de ses actes rprhensibles sont automatiquement effacs partir du moment o il les rpare la suite dun regret vritable. Le seul inconvnient serait de remettre sa dcision de se rformer plus tard. L oui, il est condamnable, et il risque mme de le payer. Plus il retarde lchance plus il sexpose une sanction, mais compter de linstant o il prend la bonne rsolution, son pch na plus deffet.



Cet inconvnient na pas lieu dtre avec les Aptres de Dieu puisquils se repentent aussitt de leurs erreurs. Celles-ci provoquent en eux un tel effroi quils se prcipitent aussitt vers Leur Seigneur. Ils nattendent jamais pour revenir vers Lui, comme ils noseraient jamais rcidiver ni se complaire dans la faute. Leur infaillibilit se situe ici. Il arrive certes que lun dentre eux prenne du temps pour raliser la gravit de son affront. Ce fut le cas de Ynas*(r) quAllah remit trs vite lordre avec lpisode de la baleine qui lui servit dexpiation, bien quil y ait divergence sur sa chronologie. Lexemple de Jonas vaut uniquement selon lhypothse la plus notoire qui situe cet vnement aprs son avnement. Pour ceux qui le positionnent avant, il est sans intrt pour notre prsente rflexion.



En outre, il est ventuellement plus mritoire de faire amende honorable de ses pchs et de son impit que de navoir rien se reprocher du dpart. Le cas chant, et tant donn que le meilleur des hommes est dsign pour revtir lhabit du berger messianique, le vertueux qui fait amende honorable sera prfr au vertueux sans tache. Les frres de Joseph, les pres des douze tribus dIsral, reurent la prophtie malgr les dboires qui les opposrent leur cadet. Lt, pour sa part, rallia la religion de son oncle*: [Loth, qui crut en lui, exprima ouvertement la dcision de fuir vers Son Seigneur].[9] Puis, ayant accd la prophtie, il eut la mission de diffuser la Parole de Dieu au peuple de Sodome.



Dans ce registre, le Coran nous relate lhistoire de Shuab*: [Les notables de son peuple que lorgueil avait aveugl, menacrent leur tour*: Shuab, nous vous chasserons de nos terres, tes proslytes et toi, moins que vous ne reveniez nos coutumes*! Jamais, rtorqua-t-il, voudriez-vous vraiment nous y entrainer par la force*? À nous plier vos coutumes, nous ne ferions l que fomenter un mensonge lencontre de Notre Seigneur qui nous en a dlivres. Nous nous linterdisons formellement, moins que, dans Sa Science qui embrasse toute chose, Allah en dcide autrement*; Lui qui nous abandonnons entirement notre confiance, alors*: Seigneur, tranche entre notre peuple et nous pour que la vrit clate au grand jour, Toi, le meilleur arbitre].[10]*



Cette menace tait rcurrente chez les ennemis de Dieu*: [Les impies accueillirent le discours de leurs messagers par des menaces*: nous vous chasserons de nos terres, moins que vous ne reveniez nos coutumes*! La rvlation du Seigneur intervint alors pour lancer un dcret*: Nous allons anantir les tyrans*! Et Nous vous ferons rgner leur place, en rcompense la crainte que vous inspire le jour o vous comparaitrez devant Moi, et que vous inspirent Mes menaces].[11]*



Il faut garder lesprit que limportant est de bien finir, peu importe quon ait mal commenc. Et *bien finir* est un signe de la plnitude dcoulant de la demande de pardon qui est impos chacun depuis le dbut de lHumanit jusqu la fin du monde*: [Il en fut ainsi afin que la sentence dAllah sexcute contre les hommes et les femmes hypocrites et idoltres, et que Son Pardon touche les croyants et les croyantes, car Il est Absoluteur et Tout-Misricordieux].[12]



Le Tout-Puissant met notre connaissance le repentir de plusieurs de ces Aptres partant dAdam, et de No pour arriver au dernier dentre eux qui clt leur mission. Lune des dernires rvlations que reut celui-ci est trs claire*sur la chose*: [Quand viendra la victoire dAllah, le jour de la grande conqute Quand tu verras les hommes embrasser Sa religion en masse Alors glorifie Ton Seigneur par Ses Louanges, et implore-Lui Son Pardon quIl prodigue foison].[13]



Daprs el Bukhr et Muslim, selon Âisha quAllah lagre , dans ses inclinations et ses prosternations, en accord avec le Coran, le Prophte (r) multipliait la formule*: *Ô Allah, Notre Seigneur, sois glorifi par Tes Louanges*! Ô Allah, pardonne-moi.*[14] Le Livre saint dpeint galement la dure preuve par laquelle le bastion de la foi passa lors de sa sortie Tabouk pour terrasser un ennemi puissant : [Allah dversa Son Pardon sur le Prophte, ainsi que sur les migrs mecquois et les auxiliaires mdinois qui le suivirent au pril de leur vie, sous la chaleur si accablante du soleil quune partie des troupes tait au bord de labandon*;* mais, Allah, le Dieu Absoluteur et Tout-Misricordieux, les arma de courage et leur accorda Son Pardon].[15]



Le recueil del Bukhr immortalise galement*lexhortation du premier homme de Mdine (r) : *Écoutez bonnes gens, faites acte de repentance Votre Seigneur, car je jure par Celui qui dtient mon me entre Ses Mains, que moi-mme, je Lui rclame la rmission de mes pchs plus de soixante-dix fois en un seul jour.*[16]



Chez Muslim, selon el Agharr el Muzan, lÉlu (r) confie*: *Je suis parfois absorb par des proccupations telle enseigne que, cent fois par jour, je fais rmission de mes pchs.*[17] Ses Compagnons, limage dibn Omar qui scrutait tous ses faits et gestes, avaient remarqu qu loccasion de ses assembles, il rptait cent fois*: *Seigneur, accorde-moi Ton Pardon et Ton Absolution, Toi le grand Pardonneur et Absoluteur*!*[18]



Ab Ms el Ashar ramne une autre formule du Bien-aim (r)*: *Ô Allah, pardonne-moi mes fautes, mon ignorance, mes excs et mes manquements mes devoirs, et tout ce qui chappe ma connaissance et que Tu es seul savoir*! Ô Allah, accorde-moi Ton Pardon pour les fautes que jai commises mme par plaisanterie ou involontairement, car jaccuse tout cela la fois*! Ô Allah, accorde-moi Ton Pardon pour mes pchs passs et futurs, ceux que jai perptrs en public ou en priv, et tous ceux qui chappent ma connaissance*et que Tu es seul savoir*! Cest Toi qui dcernes les premires ou les dernires places Tes Cratures, Toi qui a le Pouvoir sur toute chose*! [19]



Ab Hurara restitue lchange quil a entretenu avec lAmi dAllah (r), et dans lequel il linterroge*: *Messager dAllah, tu gardes un temps darrt entre le dbut de la prire et ta rcitation*; que dis-tu ce moment-l*?

Je dis*: Ô Allah, mets entre mes fautes et moi une distance aussi grande que celle qui spare lorient et loccident*! Ô Allah, nettoie-moi pour me rendre aussi blanc quun habit dbarrass de ses souillures*! Ô Allah, lave-moi avec de la neige, de la grle, et de leau froide*!*[20]


Plus dun compilateur de hadth, limage de Muslim, signale que le grand Pdagogue*(r) rservait la mme invocation aprs le retour de linclination.[21]



Le Khalife Al (t) fut le tmoin dune autre invocation que le Lgislateur (r) consacrait en prambule sa lecture, et que voici*: *Ô Allah*! Tu es le Roi*; nul dieu nest*digne dtre ador*en dehors de Toi*! Tu es Mon Seigneur, et moi Ton serviteur, je me suis fait du tort moi-mme, et je reconnais mes fautes, alors fais-moi absolution de tous mes pchs que Tu es seul pardonner ! Guide-moi vers les meilleures vertus que Tu es seul accorder, et loigne-moi des vices contre lesquels Toi seul es mme de prserver*!*[22]



Dans ses prosternations, le Prophte (r) prononait*: *Ô Allah, pardonne tous mes pchs du plus petit au plus grand, du plus intime au plus voyant, et du premier au dernier*!*[23]



Selon le Prince des croyants Al (t), un jour, son *beau-pre* (r) clbra les louanges dAllah juste avant de grimper sur une monture. Ensuite, il rcita*: [Gloire Celui qui a mis entre nos mains ce que nous naurions jamais apprivois nous-mmes Notre Seigneur vers qui aura lieu notre retour ultime].[24] Puis, il enchaina par la clbration de la grandeur et des louanges dAllah. À ce moment-l, il sourit avant de justifier*: *Le Seigneur apprcie normment dentendre Sa crature implorer*: fais-moi absolution de mes pchs que Tu es seul pardonner ! La raison, comme Il lexplique Lui-mme, cest que*: *Ma crature a su que Moi seul pardonne les pchs.**[25]



LÉcriture sainte alimente cette ide*: [Sache que nul dieu nest digne dtre ador en dehors dAllah, alors implore le pardon pour tes pchs et pour ceux des croyants et des croyantes][26]*; [Par Notre Grce, tu as ralis, sur le chemin de la conqute, une grande avance Qui te fera gagner le pardon dAllah pour tes pchs venir et passs].[27]



Sous la chaleur atroce du soleil planant juste au-dessus des ttes rassembles sur la place du grand jugement, les hommes nus feront le tour des prophtes lus pour les supplier dadresser leur requte Dieu davancer son heure en vue dabrger cette attente infernale. Arrivs Jsus Christ qui imitera ses prdcesseurs, No, Abraham, et Mose, ayant tous*dclin cette intercession, ils essuieront un refus catgorique. Il les orientera malgr tout : *Allez voir Mohammed, cet humble serviteur qui Dieu a pardonn tous ses pchs, du premier au dernier.*[28]

Pourtant, cela nentama en rien lenthousiasme de ce dernier qui avait les pieds meurtris force de rester debout prier Dieu dans lobscurit de la nuit. Profondment affecte, Âisha essaya en vain de len dissuader en lui rappelant quAllah lui avait fait rmission de ses pchs passs et futurs : *Ne devrais-je pas faire preuve de reconnaissance, soupira-t-il, tout serviteur que je suis ?*[29]

***************************

Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/




[1] Ysaf ; 24

[2] Ysaf ; 24

[3] Rapport par Bukhr (n 7501), et Muslim (n 128, 129, 130), selon Ab Hurara (t).

[4] Les remparts*; *201

[5] Ysaf ; 53

[6] Ysaf ; 50-53

[7] Ysaf ; 54

[8] Voir*: majm el fatw*(15/138-156).

[9] Laraigne*; 26

[10] Les remparts*; 88-89

[11] Ibrhm*; 13-14

[12] Les coaliss ; 73

[13] La victoire.

[14] Rapport par Bukhr (n 4967), et Muslim (n 4840) qui revient lnonc.

[15] Le repentir*; 117

[16] Rapport par Bukhr (n 6307), selon Ab Hurara (t).

[17] Rapport par Muslim (n 2702).

[18] Rapport par Ab Dwd (n 1516) et Tirmidh (n 3434), qui revient lnonc, et authentifi par el Albn dans sa recension de ces deux ouvrages.

[19] Rapport par Bukhr (n 6398), et Muslim (n 2719).

[20] Rapport par Bukhr (n 744), et Muslim (n 598).

[21] Le hadth en question est rapport par Muslim (n 476), selon ibn Ab Awf (t).

[22] Rapport par Muslim (n 771), dans sa longue version, selon Al ibn Ab Tlib (t).

[23] Rapport par Muslim (n 483).

[24] Les ornements*; 13-14

[25] Rapport par Ab Dwd (n 2602), et Tirmidh (n 3446), et jug *bon et authentique* par el Albn dans sahh el kalim e-tab (n 173).

[26] Mohammed*; 19

[27] La grande conqute*; 1-2

[28] Rapport par Bukhr (n 4476), et Muslim (n 193), selon Anas ibn Mlik (t).

[29] Rapport par Bukhr (n 4836), et Muslim (n 2819), selon el Mughra ibn Shuba (t).






 

« | »




03:11 AM

- -

Powered by vBulletin® Version 3.8.7
Copyright ©2000 - 2018, vBulletin Solutions, Inc.