img img

" " ǡ

  > . > Forum Franais

 
08-10-2019, 08:50 AM   : 1
.






Cadeau la veille de la fte de lad

Cadeau la veille de la fte de lad 1/4



Bribes biographiques du Patriarche Ibrahim



LArabie heureuse, le (second) berceau de lHumanit




la place d'un dsert, les nouveaux arrivants ont trouv un paradis terrestre constitu de grandes prairies. L'occupation de ce nouvel Éden aurait dur plusieurs millnaires avant que l'homme ne poursuive sa conqute du monde.[1]*



Le Prophte prdit que lHeure de la fin du monde ne sonnera pas avant que la Pninsule arabique ne retrouve ses fleuves et sa vgtation abondante.[2]



On a peine se reprsenter l'Arabie autrement que comme une masse dsertique de pierres et de sables, comme un brasier qui se consume lentement sous un soleil dvorant. Contrairement beaucoup d'autres contres du monde, c'est un pays o le rle primordial de la terre a t confisqu au profit de la lumire et du ciel. Il semble avoir t faonn dans une substance immatrielle et ses horizons ressemblent moins des paysages qu' ces images incandescentes qui naissent au cur du feu.

Pourtant, il n'en fut pas toujours ainsi. Car les historiens nous assurent qu'en des temps immmoriaux, quand l'Europe gisait ensevelie sous le linceul blanc de l'poque glacire, l'Arabie tait une contre verdoyante et fertile, irrigue par plusieurs fleuves, un pays souriant o les pturages alternaient avec les forts.

Quelle fut la vie de cette Arabie frache et boise, o les sources bruissaient au fond des clairires ? Nous n'en savons rien, car aucun tmoignage n'en est parvenu jusqu' nous. Sans doute sa faune tait-elle semblable celle de l'Afrique et des Indes, entre lesquelles elle servait de trait d'union. On devait y rencontrer des mammouths et des aurochs, des buffles et des gazelles, des aigles et des lopards. Mais tout cela n'est plus.[3]



Paran



Jai complt dIssa la lumire imparfaite.

Je suis la force, enfants ; Jsus fut la douceur.

Le soleil a toujours laube pour prcurseur.

Victor Hugo



La Bible parlait dj de cette plaque incandescente, qui, telle une chaudire flanque dans le couloir du salon, fut maintenue lcart des grandes civilisations parsemes le long du Croissant fertile, et du pourtour mditerranen*: *L'Éternel est venu du Sina, Il s'est lev sur eux de Sir, Il a resplendi de la montagne de Paran.*[4]



Ces versets dsignent les trois grands mouvements monothistes qui ont jalonn lHistoire de lHumanit rcente. Il compare leur impact sur le devenir des hommes la rotation journalire du soleil, qui, laube, apparait timidement. Puis, mesure quil envahit le ciel, ses rayons dvorent lombre jusqu atteindre le znith. Le Sina fait allusion Mose, Sir Jsus qui vit le jour dans les environs de cette terre o poussent le figuier et lolivier, et Paran Mohammed, le dernier des prophtes. Le Coran rendra galement hommage ses trois localits que Dieu prend en serment*: (Par le figuier et lolivier Par le mont Sina Par ce pays paisible).[5] Ici, lordre chronologique est abandonn au profit dune hirarchie partant de la moins prestigieuse la plus prestigieuse des manifestations du culte du Dieu unique*: le christianisme, le judasme, et lislam.



Dautres passages de lAncien Testament voquent la montagne de Paran qui joua un rle crucial dans lchiquier de la prophtie que le Trs-Haut mettait en place.[6] Entre autres, il y eut cette rencontre qui fconda, labri des regards, le destin du dernier acte de la folle aventure des terriens. Pass inaperu, le Pentateuque se chargea dimmortaliser ce dialogue qui opposa lAnge Gabriel Agar servante de Sara*: *L'ange de l'Éternel la trouva prs d'une source d'eau dans le dsert, prs de la source qui est sur le chemin de Schur. 8 Il dit : Agar, servante de Sara, d'o viens-tu, et o vas-tu ? Elle rpondit : Je fuis loin de Sara, ma matresse. 9 L'ange de l'Éternel lui dit : Retourne vers ta matresse, et humilie-toi sous sa main. 10 L'ange de l'Éternel lui dit : Je multiplierai ta postrit, et elle sera si nombreuse qu'on ne pourra la compter. 11 L'ange de l'Éternel lui dit : Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, qui tu donneras le nom d'Ismal ; car l'Éternel t'a entendue dans ton affliction. 12 Il sera comme un ne sauvage ; sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frres. 13 Elle appela Atta-El-ro le nom de l'Éternel qui lui avait parl ; car elle dit : Ai-je rien vu ici, aprs qu'il m'a vue ? 14 C'est pourquoi l'on a appel ce puits le puits de Lacha-ro ; il est entre Kads et Bared. 15 Agar enfanta un fils Abram ; et Abram donna le nom d'Ismal au fils qu'Agar lui enfanta. 16 Abram tait g de quatre-vingt-six ans lorsqu'Agar enfanta Ismal Abram.*[7] Bien sr, la version coranique est sensiblement diffrente de celle-ci qui concde, malgr tout, le mrite de poser les grandes lignes de ce qui conviendra dappeler lvnement fondateur de la civilisation islamique.



Paran, la destination dAbraham



[Ne vois-tu pas quAllah compare une bonne parole, un bel arbre aux racines profondes et dont les branches tendent au ciel Pour donner des fruits en toute saison, avec la permission de Son Seigneur*; Cest ainsi quAllah se sert de paraboles pour pousser les hommes la mditation La mauvaise parole est, elle, comme un arbre malingre narrivant pas se dtacher du sol, la cause des racines trop instables].[8]



Il y a des sicles, Abraham prit cette direction pour obir la Providence qui rservait un grand dessein sa progniture. Il avait travers un long priple le menant, tout dabord, Harran (Carrhes) la cit sabenne qui se trouve au sud-est de la Turquie actuelle. Ses habitants sadonnaient au culte des astres du monde suprieur et la pratique de la magie, lastrologie qui reprsente la plus haute forme de sorcellerie.



Il chercha les ramener la raison : [je naime pas les astres qui se cachent][9], fustigea-t-il.*Son peuple ne remettait pas en doute lexistence du grand Architecte, mais ils pensaient tirer quelques avantages de la dification du soleil, de la lune et des toiles. Le pre du monothisme leur fit la dmonstration qu chaque crpuscule, ils perdaient contact avec leurs dieux qui, des heures durant, taient incapables dentendre leurs plaintes et de connaitre leur situation, et, fortiori, de les surveiller, de les protger, et, dune faon ou dune autre, de leur dispenser un bien ou de les accabler dun malheur. Dans de pareilles conditions, ces astres couchants ne sont pas dignes de vnration, si tant est quils eussent un pouvoir quelconque*!



Ses concitoyens ne voulaient rien entendre. Âzar, son propre pre, resta attach ses dieux phmres. Le Patriarche passa la manire forte. Le jour de la grande fte qui se tenait lextrieur de la ville, il stait clips pour sintroduire, loin des regards, dans le temple paen : [Il se glissa l o leurs divinits taient plantes].[10] Il les dtruisit une par une avant de disparaitre. Les soupons tombrent bientt sur ce jeune effront. On mit la main sur lui, et il fut dcid de le faire prir par les flammes. Un grand feu fut allum devant une foule en effervescence*: [Jetez-le au feu, scrirent les idoltres, et vengez vos idoles si vous tes rsolus agir].[11] Il tait impossible dapprocher ce bcher qui dvorait le ciel. On eut donc recours une catapulte qui fut actionne par un bourreau. Le garon invoqua alors*: *Allah me suffit, Lui le meilleur des soutiens*!* Une fois dans les airs, il fut interpell par Gabriel venu son secours*: *Que voudrais-tu cet instant*?

Venant de Toi, rien, rpliqua-t-il*!*[12]
**

*LArchange lui-mme ne parvint pas entamer sa dtermination inbranlable de se cramponner au plus fort de lpreuve Son Sauveur Bien-aim sans se tourner vers aucune crature. Le Tout-Puissant dcrta aussitt*: [Nous ordonnmes alors*: feu, sois dune fraicheur inoffensive pour Ibrahim*!].[13] Le stratagme des paens avait choue : [Ils voulaient lui jouer un mauvais tour, mais Nous leur fmes goter une dfaite humiliante][14]*; [Quon lui dresse un bcher et quon le jette aux flammes, scria la foule Dcide lui jouer un mauvais tour, mais nous leur infligemes une dfaite humiliante].[15] Abraham incarne le symbole de la fidlit, de la loyaut, et de la sincrit dans son combat au service du Crateur Tout-Puissant*; il ne peut que triompher et son triomphe rsonne dans la nuit des temps pour clairer la voie aux gnrations futures dans la qute et la dfense de la vrit qui les amne briser les idoles et faire face aux tyrans.



[Et lorsquIbrahim avertit son pre et son peuple*: je dsavoue compltement ces dieux qui sont les vtres Moi, je moriente uniquement vers Celui qui ma cr, car Lui seul me guide sur le droit chemin Il en fit une parole qui devait se perptuer dans les rangs de ses hritiers*; ainsi reviendront-ils vers Leur Seigneur][16]*; [Sachez, fustigea Ibrahim, que les dieux qui font lobjet de votre adoration depuis vos lointains anctres sont mes ennemis dclars, car, moi, je nen reconnais quun, le Maitre de lUnivers][17]*; [Telle est la preuve clatante avec laquelle Nous avons arm Abraham contre son peuple*; Nous levons en degr qui Nous voulons, car Ton Seigneur est Sage et Omniscient Nous lui donnmes pour enfant Isaac et Jacob que Nous guidmes sur la bonne voie, comme Nous lavions*fait pour No auparavant ; et Nous mmes dans sa descendance David, Salomon, Job, Joseph, Mose, et Aaron*; cest ainsi que Nous rcompensons les hommes de bien Ainsi que Zacharie, Jean-Baptiste, Jsus et Élie*qui taient tous des vertueux Et Ismal, Élise, Jonas et Loth*que Nous avons tous prfrs au reste de lHumanit].[18]



Le miracul prit le chemin de lexil en compagnie de son femme, Sra, et Loth, son neveu qui taient les seuls avoir ralli sa religion. Ce noyau de la foi sinstalla sur les terres de Canaan, la Palestine antique, ce pays ruisselant de lait et de miel. Plus tard, Loth se rendra Sodome pour y prcher le culte du Dieu unique. La famine conduisit son oncle en Égypte o rgnait le roi Abimlec, lanctre des Pharaons, qui, subjugu par la beaut de Sarah, voulait lajouter son *Harem*, dj bien garni. Pour la sauver de ses griffes, le Patriarche employa un artifice ayant fait renoncer le despote son projet macabre. *Elle est ma sur, scria-t-il* Il navait pas menti. Elle tait sa sur en religion. Abram avait dj eu affaire un tyran en la personne de Nemrod qui avait mis la Msopotamie sous son joug implacable. Cet imptueux lui avait clam au visage quil avait le pouvoir de vie et de mort sur ces sujets, au mme titre que le Crateur des cieux et de la terre. La rplique qui confondit cet incrdule ne se fit pas attendre*: [Dieu fait venir le soleil de lorient, alors fais-le venir de lautre ct].[19]*



À suivre

*********************

Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/


[1] Voir*: http://www.lepoint.fr/actu-science/h...p#xtor=CS2-239

Autre preuve du berceau de l'Humanit ? http://www.insu.cnrs.fr/terre-solide...decouvertes-en

[2] Depuis les travaux pionniers de McClure en 1976 sur le climat de la Pninsule arabique, nous connaissons lexistence de deux priodes humides au cours des 30 derniers millnaires. Les lacs, de forme allonge, avaient parfois plusieurs kilomtres de longueur. D'aprs l'paisseur des diffrentes couches, McClure estime que ces lacs ont pu avoir de l'eau en permanence durant un certain temps : de plusieurs annes plusieurs centaines d'annes. On n'a retrouv ni restes de poissons ni restes d'oiseaux, mais les os de Vertbrs sont assez abondants, avec une faune comprenant non seulement des oryx et des gazelles, mais aussi des bovids et, mme, le genre Hippopotamus, qui exige une eau permanente. McClure estime qu' cette poque, en raison de pluies de mousson estivales assez marques, les dunes, stabilises, taient couvertes d'une vgtation arbustive ou herbace du type actuel, mais beaucoup plus dense et luxuriante qu'aujourd'hui. *

Voir*: http://www.persee.fr/docAsPDF/paleo_..._18_1_4560.pdf

Voir galement*: http://books.openedition.org/cefas/1...ng=fr#bodyftn4

[3] Jacques Benoist-Mchin, Ibn Soud ou la naissance dun royaume.

Les chasseurs du Rub Al-Khali chassaient l'oryx, la gazelle, le gupard, le chacal, l'hyne, le renard et l'autruche. Les lacs, nombreux, couvraient chacun plusieurs km2 et certains, comme celui de Jubba, taient trs vastes. Les donnes sont indicatrices d'eaux stagnantes, mais au-dessus elles tmoignent de la prsence d'eaux douces telles qu'on en trouve aux latitudes moyennes, avec des profondeurs de l'ordre de la dizaine de mtres.

Le chercheur Whitney remarque quen Arabie occidentale, une phase humide aurait permis l'tablissement d'une couverture vgtale assez dense, et aurait t ensuite remani par le ruissellement.

Voir*: http://www.persee.fr/docAsPDF/paleo_..._18_1_4560.pdf

[4] Deutronome*; 33.1-3*

[5] Les Figuiers*; 1-3

En exgse ce Verset, ibn Jarr e-Tabar souligne*: *Ce pays paisible est pargn de se faire attaquer ou envahir par ses ennemis. Une autre hypothse avance que paisible (amn) le sens ici dabri, dasile, de refuge.* Jmi el bayn (30/341-342).

[6] Notamment*: *Dieu vient de Tmn, le Saint du mont Parn. Sa majest comble le ciel. Sa louange emplit la terre. La lumire devient clatante. Deux rayons sortent de sa propre main*: cest l le secret de sa force. Habaquq*; 3.3-4

[7] La Gense*; 16.7-16

*sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui* semble tre une malversation de*: *sa main sera au-dessus de tous, et la main de tous sera sous la sienne.* Le sens est ainsi radicalement diffrent*! Par ailleurs, lexpression *ne sauvage* quAndr Chouraqui traduit par *onagre humain* est une transformation du terme hbreu para dsignant la multitude, et qui colle mieux au contexte.

[8] Ibrhm*; 24

[9] Le btail ; 76

[10] Les ranges danges*; 91

[11] Les prophtes*; 68

[12] El Bahaq cite lanecdote dIbrahim dans shuab el mn (2/104).

[13] Les prophtes*; 69 Le hadth sur le sujet est rapport par el Bukhr (4563).

[14] Les prophtes*; 70

[15] Les rangs*; 97-98

[16] Les ornements*; 26-27

[17] Les potes*; 75-77

[18] Le btail*; 83-86

[19] La vache*; 258






 
08-11-2019, 04:06 AM   : 2
.






: Cadeau la veille de la fte de lad


Cadeau la veille de la fte de lad 2/4



Isml, le pre dune grande nation



Dans la Thora, Élohim insiste sur la promesse quIl a noue avec le Patriarche doffrir son fils Ishmael une descendance abondante*: *A l'gard d'Ismal, je t'ai exauc. Voici, je le bnirai, je le rendrai fcond, et je le multiplierai l'infini ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation. [1] Le frre dIsaac fut honor au mme titre que son pre et No avant lui qui transmirent leur postrit la foi et la prophtie*: (Nous avons envoy Nh et Ibrhm et avons mis dans leur postrit la prophtie et le Livre),[2] relate le Livre saint des musulmans. Ailleurs, il entrine ce privilge accord Ibrahim*: (Nous avons mis dans sa postrit la prophtie et le Livre).[3]



Sa progniture sera aussi grande que le nombre des toiles, note la Gense*: *Abram rpondit : Seigneur Éternel, que me donneras-tu ? Je m'en vais sans enfants ; et l'hritier de ma maison, c'est Elizer de Damas. 3 Et Abram dit : Voici, tu ne m'as pas donn de postrit, et celui qui est n dans ma maison sera mon hritier. 4 Alors la parole de l'Éternel lui fut adresse ainsi : Ce n'est pas lui qui sera ton hritier, mais c'est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton hritier. 5 Et aprs l'avoir conduit dehors, il dit : Regarde vers le ciel, et compte les toiles, si tu peux les compter. Et il lui dit : Telle sera ta postrit. 6 Abram eut confiance en l'Éternel, qui le lui imputa justice. [4] Alors, revenons la source.



Lenfant-sacrifice



*et Dieu dit Abraham*: et toi, tu garderas mon alliance, toi et la semence aprs toi, en leurs gnrations. Que tout mle dentre vous soit circoncis. Et vous circoncirez la chair de votre prpuce, et ce sera signe dalliance perptuelle. Et le mle qui naura point t circoncis en la chair de son prpuce, cette me sera retranche de ses peuples*: il aura viol mon alliance. Puis Abraham prit Ismal, son fils. Il circoncit la chair de leur prpuce en ce mme jour comme Dieu le lui avait dit. Abraham tait g de quatre-vingt-dix-neuf ans lorsquil fut circoncis en la chair de son prpuce et Ismal, son fils, tait g de treize ans*. Gense 17.9-14*



Sara tait strile, mais ce fut sa servante, Agar lÉgyptienne qui donna son premier enfant son mari dont les prires avaient t exauces : (Nous lui annonmes la naissance dun enfant enclin la sagesse).[5] Tel pre tel fils*: (car Ibrahim tait enclin la sagesse et la dvotion)[6]*; (car Ibrahim tait enclin la sagesse, la dvotion, et au repentir).[7] Cette grande qualit fut mise contribution chez ces deux hommes le jour de la grande preuve*: (Nous lui annonmes la naissance dun enfant enclin la sagesse Quelques annes plus tard, au cours dune marche, le pre confia la prunelle de ses yeux*: Mon fils, je me suis vu en songe en train de timmoler, alors vois ce quil y a lieu de faire. Pre, dit lenfant, fais ce qui test ordonn, je saurais dans lpreuve, sil plait Dieu, marmer de patience Rsigns les deux serviteurs sexcutrent, lun le front pos sur le sol et lautre la main arme dune lame* Juste au moment o Nous appelmes*: Ibrahim, tu as concrtis ta vision, et Nous savons rtribuer les bienfaiteurs Il venait de passer une bien rude preuve Nous changemes lenfant contre une norme offrande Et nous laissmes leur souvenir dans les gnrations futures Paix Ibrhm*! Nous savons rtribuer les bienfaiteurs Lui qui comptait parmi nos pieux serviteurs Nous lui annonmes ensuite la naissance dIshq, un vertueux qui compta au nombre des prophtes Nous bnmes le pre et le fils qui connurent dans leur descendance, des bienfaiteurs et dautres qui se firent manifestement du tort eux-mmes).[8]



La naissance miraculeuse



*Abraham circoncit son fils Isaac, g de huit jours, comme Dieu le lui avait ordonn. 5 Abraham tait g de cent ans, la naissance d'Isaac, son fils. 6 Et Sara dit : Dieu m'a fait un sujet de rire ; quiconque l'apprendra rira de moi.* Gense*; 21.4-6



Le Coran met en exergue la naissance miraculeuse dIsaac, le pre dune nation savante, alors que son frre ain suscitera une nation sage*: (Sa femme, qui se tenait ct, se mit rire* lannonce que Nous lui fmes de la naissance dIshq et de Yaqb aprs lui Comment est-ce possible, sexclama-t-elle, davoir un enfant un ge si avanc*? Mon mari lui-mme est dj trs vieux*!)[9]*; (Leur attitude veilla en lui quelque frayeur quils dissiprent aussitt*: *Nais pas peur*!* Ils lui annoncrent la naissance dun enfant enclin au savoir. L-dessus, sa femme surgit avec les mains se frappant le visage : Quoi, scria-t-il, je ne suis quune vieille femme strile!*)[10]*; (Ne sois pas effray, le rassurrent-ils ! Nous sommes venus pour tannoncer la naissance dun enfant enclin au savoir Votre annonce est vraiment dconcertante, car je suis tellement vieux*! *Nous te disons la vrit, rpliqurent-il, alors ne tenferme pas dans le dsespoir*)[11]*; (À la suite de ses prires, Nous lui fmes don dIshq auquel Nous ajoutmes Yaqb*qui complta, par Nos soins, une chaine dlments pieux)[12]*; (Nous lui fmes don dIshq et de Yaqb aprs lui, et Nous mmes dans sa postrit la prophtie et le Livre. Nous le rtribumes sur terre, et dans lau-del il comptera parmi les pieux).[13]



Bref, les annales islamiques racontent que Sra fut trs contrarie par laccouchement dIsmal. Pour attnuer sa jalousie, Ibrahim prit lenfant et sa concubine pour les emmener la Mecque actuelle. Sur place, il reut lordre, des annes plus tard, de tuer son fils.



Ber-Shva, le miracle de Zem-Zem



[Et quand Ibrahim scria*: Seigneur, montre-moi comment Tu fais revivre les morts*! Naurais-tu pas la foi, demanda Dieu*? Si, assura-t-il, mais je souhaite simplement apaiser mon cur. Soit, rpondit le Trs-Haut alors prends quatre oiseaux que tu dcouperas en morceaux pour les disperser sur chacune des collines avoisinantes*; puis appelle-les, et ils te viendront aussitt, afin que tu saches quAllah est Puissant et Sage].[14]



*21:14 Abraham se leva de bon matin ; il prit du pain et une outre d'eau, qu'il donna Agar et plaa sur son paule ; il lui remit aussi l'enfant, et la renvoya. Elle s'en alla, et s'gara dans le dsert de Beer Schba. 21:15 Quand l'eau de l'outre fut puise, elle laissa l'enfant sous un des arbrisseaux, 21:16 et alla s'asseoir vis--vis, une porte d'arc ; car elle disait : Que je ne voie pas mourir mon enfant ! Elle s'assit donc vis--vis de lui, leva la voix et pleura.* 21:17 Dieu entendit la voix de l'enfant ; et l'ange de Dieu appela du ciel Agar, et lui dit : Qu'as-tu, Agar ? Ne crains point, car Dieu a entendu la voix de l'enfant dans le lieu o il est. 21:18 Lve-toi, prends l'enfant, saisis-le de ta main ; car je ferai de lui une grande nation. 21:19 Et Dieu lui ouvrit les yeux, et elle vit un puits d'eau ; elle alla remplir d'eau l'outre, et donna boire l'enfant. 21:20 Dieu fut avec l'enfant, qui grandit, habita dans le dsert, et devint tireur d'arc. 21:21 Il habita dans le dsert de Paran, et sa mre lui prit une femme du pays d'Égypte. [15]

Paran, une terre aride et paisible



Le saint Coran dpeint ce coin perdu du dsert de Paran avec une prcision chirurgicale*: (Et quand Nous fmes de la Maison Sacre un asile pour les hommes et une terre paisible. Prenez la station dIbrahim pour lieu de prire. Nous prmes sur Ibrahim et Isml le serment de purifier Ma Maison lattention des fidles venus pour les tours rituels, le recueillement, la retraite, et la prire Et quand Ibrahim dit*: Seigneur*! Rends cette terre paisible et procure de bons fruits ses habitants, ceux parmi eux qui auront cru en Allah et au Jour dernier. Le Seigneur rpondit*: Je laisserais ses habitants impies profiter des jouissances phmres avant de les jeter dans les tourments de lEnfer*o ils connaitront un sort funeste*!)[16]



Les voies du Seigneur sont impntrables. Le Patriarche avait reu linjonction dabandonner son fils et sa servante dans une contre isole en marge de lHumanit. Puis, le grand-pre de Jacob retourna sur les terres de Canaan pour y crire lHistoire. Il avait pour mission dy dposer sa seconde graine. Il venait de mettre la premire sur un rocher brlant qui deviendra, lavenir, un carrefour spirituel accueillant les plerins de tous les horizons. Le dcor se mettait en place : (Et pendant quIbrahim et Isml levaient les fondations de la Maison sacre, ils imploraient*: Seigneur, acceptes cet humble ouvrage, Toi le Dieu Entendant et Omniscient*! Seigneur, soumet-nous Ta Volont, ainsi quune partie de notre postrit, fais-nous voir nos rites, et pardonne-nous, car Tu es Absoluteur et Tout-Misricordieux Seigneur*! Envoie-leur un Messager issu des leurs afin quil leur rcite Tes Versets, quil leur enseigne le Livre et la Sagesse, et quil les purifie, Tu es certes le Dieu* Puissant et Sage)[17]*; (Le premier Temple fond au service des hommes se trouve Bekka*qui constitue une bndiction et une direction pour lHumanit Tout indique lidentit de son fondateur, lexemple de la Station dIbrahim. Quiconque y entre est en paix. Le plerinage la Maison sacre est un devoir envers Dieu pour tous les hommes qui en ont les moyens*; ils ont beau le renier, ils nenlveront rien au royaume de Dieu qui se passe aisment de lHumanit)[18]*;



(Voyez ce pacte des Quraychites Qui leur assure le cheminement de leur caravane hiver comme t Quils adorent donc le Dieu de cette Maison Qui a apais leur faim et les mis labri de la peur)[19]*; (Si nous devions suivre la bonne voie tes cts, prtextent les idoltres, nous serions arrachs nos terres, mais ne les avons-Nous pas tablis sur une terre sacre et paisible o samonclent les fruits de toute part, par un effet de Notre grce*? Sauf que la plupart dentre eux ne savent pas)[20]*; (Ne voient-ils pas que Nous avons rendu ce pays sacr et paisible*pendant que tout autour les hommes se dchirent entre eux. Vont-ils persister, dans la voie du mensonge, renier les bienfaits du Seigneur*?).[21]



À suivre

*********************

Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/


[1] La Gense*; 17.20

Voici les termes de la version de la Bible dAndr Chouraqui qui savre plus littrale et plus typique*: *Quant Ishmal, je lai entendu*: voici, je lai bni, je le fais fructifier, je le multiplie beaucoup, beaucoup.* (N. du T.)

[2] Le fer*; 26

[3] Laraigne*; 27

[4] La Gense*; 15.2-6

[5] Les ranges danges*; 101

Isml fut qualifi de halm que nous traduisons par *sage*, mais qui prend en fait des sens multiples comme magnanime (qui est enclin au pardon comme le souligne e-Sad), longanime (qui supporte ce quil pourrait rprimer, nous apprend el Baghaw), ou qui se rsigne, fait preuve de patience et dune maitrise de soi. Isml est, en effet, patient : [voque galement la mmoire dIsml, dÉlise, et de Dh el Kifl, llite de Mes serviteurs][Sd*; 48] Le Coran a donc reconnu Isml la qualit de patient comme Il lui a accord ailleurs de respecter ses engagements : [Rappelle galement, telle quelle est cit dans le Livre, lhistoire dIsml qui tait sincre dans ses engagements] [Mariam*; 54]. Il avait promis son pre dendurer patiemment son preuve.

[6] Le repentir*; 114

D. Masson explique en ces termes le sens de awwah que nous avons traduit par *dvou*, mais qui a aussi le sens dhumilit*: *celui qui gmit, qui soupire, et qui implore la misricorde de Dieu.* Elle corrobore ainsi lexgse des grands spcialistes lexemple del Baghaw et du linguiste exgte e-Rghib el Asfahn dans Mufradt alfdh el Qurn.

[7] Hd*; 75*

*repentant* est lun des sens de munb, mais de faon plus gnral il signifie *revenir Dieu*.

[8] Les ranges danges*; 101-113

Certains exgtes avancent que lvnement sest produit quand Ismal a atteint lge de treize ans. Toutefois, le dbut du premier Verset peut avoir dautres significations. Il peut vouloir dire*: quand le pre la emmen jusquau pied de la montagne, ou quand il devint vieux.

Le jour de la Conqute de la ville Sainte, le Prophte (r) a trouv les cornes du fameux blier dAbraham lintrieur de la Kaaba. Il sest alors adress au gardien du Temple en ces termes*: Je tordonne de recouvrir les cornes du blier, car rien ne doit distraire le fidle dans la direction de la Qibla.* Lendroit o sest produit lvnement sert de rite depuis lpoque dIsmal, qui, avec son pre, a construit le Temple, nous dit explicitement le Coran.

Le Targum qui a peut-tre t retouch depuis lavnement de lIslam, semble imiter le Coran*: *Les yeux d'Abraham taient fixs sur les yeux d'Isaac, et les yeux d'Isaac taient tourns vers les anges d'en-haut. Abraham ne les voyait pas. A ce moment, descendit des deux une voix qui disait : Venez, voyez deux (personnes) uniques en mon univers. L'une sacrifie et l'autre est sacrifie : celui qui sacrifie n'hsite pas et celui qui est sacrifi tend la gorge *

[9] Hd*; 71-72

Il sagit dans cet pisode de Sarah fille de Hrn fils de Ahwar, qui fut marie son cousin Ibrahim (Voir Tafsr el Baghaw qui prcisent notamment que Sara se tenait derrire un rideau).

[10] Les vents parpills*; 28

Selon certains exgtes, elle ne fit que crier do elle tait, sans se montrer ses visiteurs, mais par un effet de rhtorique, ce fut sa voix qui se serait dplace.

[11] El Hijr*; 53

[12] Les Prophtes*; 72

[13] Laraigne*; 27

[14] La vache*; 260

[15] La Gense*; 21.14-21

[16] La vache*; 125-126

[17] La vache*; 127-129

[18] La famille dImrn*; 96-97

[19] Les Quraychites

[20] Les rcits*; 57

[21] Laraigne*; 67

​​​​​​​






 
08-12-2019, 09:20 AM   : 3
.






: Cadeau la veille de la fte de lad


Cadeau la veille de la fte de lad 3/4










Le plerinage La Mecque, un rite ancestral



Selon ibn Abbs*: *La mre dIsml*fut la premire femme utiliser une ceinture ; elle sen tait servi pour effacer ses traces aux yeux de Sara.*[1]



Lhistoriographie musulmane enregistre quIsml a t lev dans le dsert de Farn, le pays de La Mecque, lieu de plerinage depuis lpoque dAbraham. Les Arabes notamment, mais aussi les prophtes linstar de Mose fils dAmran et de Jonas fils dAmittha, se rendaient au Sanctuaire sacr pour y accomplir les rites prescrits par le Tout-Puissant.



Les textes scripturaires nous apprennent que mme Jsus devra sy rendre loccasion de son retour sur terre*: *par Celui qui dtient mon me entre Ses Mains, ibn Mariam va se sacraliser partir du dfil de Rawha pour entreprendre le grand ou/et le petit plerinage.*[2]



Depuis lavnement de Mohammed (r), le hadj incombe tous les musulmans ; les plerins de toute la plante sy rendent pour rpondre lappel de lAmi de Dieu, Abraham*: [Et lorsque nous indiqumes Ibrahim lendroit de la Maison, Nous lui enjoignmes de ne partager le culte avec aucune idole, et de purifier Ma Maison lattention des fidles venus pour les tours rituels et la prire quils observent debout, inclins et prosterns Lance un appel aux hommes qui viendront pied ou dos de chameau, affluant des horizons les plus reculs Afin quils jouissent, sur place, de multiples bienfaits, et quils voquent, les jours fixs, le Nom dAllah au moment dimmoler une bte prise sur les troupeaux dont Il leur a fait grce*; profitez de sa viande et distribuez le reste aux plus dmunis].[3] Cette annonce est un miracle si lon sait que La Mecque est aujourdhui lun des endroits les plus visits au monde. Il nen a pas toujours t ainsi.



Nous avons vu plus haut que pour chapper la jalousie naissante de la noble Sarah, Abraham emmena sa concubine portant son nourrisson dans ses bras sur un rocher perdu o il ny avait me qui vive. Il les installa lombre dun arbre dans les hauteurs de lactuelle mosque. Il leur laissa un sac de dattes et une outre remplie deau, avant de prendre le chemin du retour. Hagar, qui marcha dans ses pas, linterpella*:**Ibrahim, o vas-tu*? Nous laisses-tu dans cette valle o il ny a rien ni personne*?* Ses cris de dtresse restrent sans rponse. Son mari ne se retourna mme pas. Elle insista, en vain, plusieurs reprises*: *Est-ce Dieu qui ta ordonn dagir ainsi, sexclama-t-elle dans un geste de rsignation ?

Oui, confirma-t-il.
H bien, Il ne nous abandonnera pas.*


Aprs ces mots, elle revint sur ses pas. Ibrahim sen alla, et sarrta sur le versant de la montagne en veillant ne pas tre vu. Ce dernier se retourna en direction du futur Temple pour implorer en ces termes*: (Seigneur*! Jai install une partie de ma postrit dans une valle aride, auprs de Ta Maison sacre, Seigneur, afin quils observent la prire. Dirige vers eux le cur de certains hommes, et procure-leur de bons fruits en guise de subsistance*; ainsi seront-ils reconnaissants).[4]

*

Hagar allaita son bb et puisa leau de son outre. Tous deux furent pris par la soif. Comme elle le voyait se tordre de douleur, elle sloigna de lui pour ne pas souffrir ce triste spectacle. Elle se rendit Safa qui tait le monticule le plus proche*; elle grimpa dessus pour dominer la valle du regard et chercher de laide, mais elle ne vit personne. Elle se dplaa. Une fois en bas de Safa, elle se retrouva dans loued. Elle leva un empan de son vtement et se mit courir perdre haleine, car den bas, elle ne voyait plus son fils. De lautre ct de loued, Marwa se dressait devant elle. Elle lescalada pour scruter lhorizon, dans lespoir de trouver quelquun, mais en vain. Sa dtermination resta intacte, elle revint sur ses pas et ritra le mme parcourt sept reprises.



*Cest la raison pour laquelle, aujourdhui, les plerins font le parcours entre Safa et Marwa.*, explique* un propos prophtique. Arrive enfin sur le mont Marwa, elle entendit un bruit. *Chut*!* se dit-elle a elle-mme.* Aprs lavoir entendu nouveau, elle scria*: *Tu tes fait entendre, si tu as quelques secours proposer.* Elle se retrouva face lange qui tta le sol du talon ou de laile , et leau se mit jaillir. Elle lentoura de ses mains et remplit son outre ras-bord. Elle chercha contenir cette source qui se formait sous ses yeux*: *Zam (stop)*! Zam*!*, mais sans succs.

*

Selon ibn Abbs, le Prophte (r) commenta*: *QuAllah fasse misricorde la mre dIsml, si ses mains navait pas touch la source pour y puiser leau, Zem-zem coulerait aujourdhui en surface.*[5] Elle en but, reprit-il, et allaita son bb.



*Ne craignez rien, vous ne serez pas laisss labandon, dit lange, cet endroit se trouve la Maison dAllah que cet enfant et son pre vont difier. Allah ne laissera pas ses habitants labandon.* Une fois (re)construit, le haut difice de la Kaaba dominait comme une colline. À la saison des pluies, les torrents le contournaient de part et dautre.



Avec le temps, le puits de Zem-zem fut enseveli, mais Abd el Muttalib le grand-pre du Prophte (r) lui redonna vie. La distribution de leau (siqya) revint son fils el Abbs et sa postrit. Il avait la charge de distribuer Zem-zem et leau potable*; la tradition (sunna) recommande den boire.



La vision dAbd el Muttalib*:



Sur le chemin du retour, une caravane de la tribu ymnite Jurhum avait fait halte non loin de lendroit o se produisit le miracle. Un oiseau qui tournoyait dans le ciel leur indiquait, leur grande surprise, quil y avait un point deau juste en dessous de lui. Pourtant, aucune source ntait signale dans la rgion. Pour tancher leur curiosit, ils envoyrent deux hommes en reconnaissance. Ceux-ci dcouvrirent un puits prs duquel se tenait une femme. Ils se rapprochrent et lui demandrent lautorisation de sinstaller prs delle. Elle accepta, elle qui avait besoin de compagnie, sans oublier de leur rappeler au passage que cette fontaine souterraine ne leur appartenait pas. Ils se plirent sa volont et allrent chercher le reste de la caravane.[6] Jurhum tait une branche de la tribu Qahtn dont les membres sont les descendants des Arabes primitifs.[7] Ismil grandit au milieu deux, il apprit leur langue et prit une de leurs filles pour pouse. Ses descendants, dont Adnn lanctre de Mohammed (r) est issu, sont les Arabes dadoption.[8] Aprs la mort de sa mre, Ismil aida son pre Ibrahim lever les fondations de la Kaaba.



La Mecque commenait grandir, mais ses habitants respectaient de moins en moins son caractre sacr. Ils encourraient la punition divine et durent quitter les Lieux saints, car comme son nom lindique, Mekka teint lardeur des tyrans ou selon une autre hypothse, elle chasse les pervers de son enceinte.[9] La tribu des Ban Bakr aids des Ghabashn tout deux issus des Khuza dcidrent de se faire justice eux-mmes et expulsrent les Jurhum de lenceinte sacre. Aprs vingt et un sicle de rgne des Jurhum, les Khuza prenaient le relais de lentretien du Temple.[10] Conscient dune dfaite certaine, le roi Mudhdh ibn Amr el Jurhum avait pris soin, avant de se sauver au Ymen (qui tait la terre de ses anctres), de dissimiler ses richesses dans le puits de Zam-zam. Puis, il lensevelit pour interdire ses ennemis laccs la source principale en eau de la ville.[11] Trois cents ans plus tard, naquit Qusa ibn Kilb qui grandit aux frontires du Shm (lancienne Syrie). Arme dune forte personnalit, il allait changer le destin de La Mecque. De la descendance de Adnn puis dIsml, il se maria dans un premier temps la fille du gouverneur de la Ville sainte qui, comme nous lavons vu, revint aux mains des Khuza. Ce fut par se biais quil btit sa renomme auprs de ses concitoyens. Il devint riche, et monta trs vite les chelons dans la socit.



Un beau jour, la tribu de Khuza se retourna contre lui. Les historiens donnent plusieurs explications cette rupture. Pour certains, Qusa aurait voulu reprendre le rgne de son anctre Isml*; pour dautres, son gendre lui aurait fait hriter de lentretien du Temple et des Lieux saints*; dautre enfin avancent quun des membres de Khuza lui aurait vendu la Kaba en change dune cruche de vin. Quoi quil en soit, furieux, les Khuza prirent les armes aux cts des Ban Bakr. En face, Qusa avait mont une arme de Qurayshites et obtint le soutien des Kinna. De violents combats eurent lieu. Ils se soldrent par la victoire de Qusa. Aprs arbitrage, les antagonistes renoncrent au prix du sang*; lentretient du Temple revint aux descendants dIsml, les Qurayshites et ladministration de la ville aux Khuza. La renomme des Qurayshites, qui staient empars de la capitale conomique et spirituelle des Arabes, prenait de lampleur travers toute la Pninsule.[12]



Or, cette poque Zam-zam tait toujours introuvable. Aprs la mort de Qusa, ses enfants se partagrent, non sans tension, ladministration des Lieux saints. Aux Ban Abd Manf revenait lapprovisionnement des plerins en eau (siqya). Shaba el Hamd ibn Hshim ibn Abd Manf ibn Qusa fut lev dans le giron de son oncle el Muttalib, qui il doit le surnom dAbd el Muttalib (le serviteur del Muttalib). Quand Abd el Muttalib, qui deviendra le grand-pre de lEnvoy (r), hrita de son oncle la fonction de siqya, il ne savait pas quun grand destin lattendait.



À suivre

*********************

Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/


[1] Voir*: Fath el Br (6/400-401).

[2] Rapport par Muslim (n 1252).

[3] Le plerinage*; 26-28

[4] Ibrahim*; 37

[5] Voir*: Fath el Br (6/402).

[6] Rapport par el Bukhr (n 3364).

[7] Qahtn est mentionn dans lAncien Testament sous le nom de Yoqtn (voir*: la Gense*; 10.26).

[8] Voir*: Fadhil m zam-zam (p. 24).

[9] Voir*: Fadhil Makka du D. Mohammed Ghabbn (1/23-28).

[10] Voir*: Fadhil m zam-zam (p. 28).

[11] Voir*: Trkh el Kaba du D. Husn el Kharbtl.

[12] Voir*: Sra ibn Hishm (1/247-249).







 
08-13-2019, 09:04 AM   : 4
.






: Cadeau la veille de la fte de lad

Cadeau la veille de la fte de lad 4/4



Cet vnement na pas chapp au chroniqueur ibn Ishq qui la rpertori en intgralit. Il nous raconte quun jour, le grand-pre de lAmi dAllah (r) entra dans le Hijr de la Kaaba pour y faire un somme.[1] Il vit en songe quon lui demandait de dterrer Taba, mais il ne savait pas quoi ce nom correspondait. Le lendemain, le mme rve se renouvela, mais cette fois il sagissait de Barra. Il vcut la mme chose les deux jours suivants, et chaque fois lendroit quil fallait dterrer changeait de nom*; il sagissait pour la troisime nuit de Madhnna, et pour la quatrime de Zamzam.[2]



Ce nom trange demeurait pour lui une nigme que sa vision nocturne, dsormais coutumire, allait rsoudre. La nuit suivante, il vit le lieu o il fallait creuser. Le lendemain, il se rendit lendroit en question accompagn del Hrith, qui tait alors son seul fils. Il se mit creuser et ds quil dcouvrit le puits, il proclama la grandeur dAllah. Les Qurayshites comprirent quil avait atteint son but. Ils vinrent sa rencontre et lui rappelrent que ce puits appartenait leur anctre Isml, et quils avaient dessus autant de droits que celui qui lavait retrouv. Il y avait dnich notamment deux gazelles en or qui appartenaient la tribu de Jurhum. Ils y avaient cach galement leurs sabres et leurs armures[3] Avant dentamer les recherches, Hishm avait fait le vu Dieu que sil menait sa mission bien et quil engendrait dix enfants mles, den gorger un par reconnaissance envers Ses bienfaits immenses.



Aprs lhistoire du puits, ibn Hshim avait gagn lestime de ses concitoyens et le rang des Ban Abd Manf grandissait jour aprs jour. Il engendra dix enfants mles et devait dsormais remplir son vu. Il tira au sort pour dsigner lequel de ses fils devait mourir. À chaque fois, le sort dsignait celui qui tait le plus cher ses yeux*; celui-l mme qui, plus tard, mettra au monde le sceau des Prophtes*: ctait Abd Allah*! Les oncles de lenfant et les notables de Quraysh cherchrent len dissuader. Il dcida alors de tirer au sort pour choisir lesquels entre Abd Allah ou cent chameaux devait-il sacrifier. Le dcret dAllah porta sur les btes,[4] Abd Allah fut sauv, car lhumanit attendait lavnement prochain de son fils, ce qui en soit est un signe prcurseur sa prophtie. La prire de ses anctres Ibrahim et Ismil devait ainsi tre exauce*: [Seigneur*! Envoie-leur un Messager issu des leurs afin quil leur rcite Tes Versets, quil leur enseigne le Livre et la Sagesse, et quil les purifie, Tu es certes le Dieu* Puissant et Sage].[5]



*A l'gard d'Ismal, je t'ai exauc. Voici, je le bnirai, je le rendrai fcond, et je le multiplierai l'infini ; il engendrera douze princes, et je ferai de lui une grande nation. [6] Et le Prophte Mohammed (r) fera valoir quil est le descendant des deux enfants-sacrifices, nous dit une narration controverse.



Abraham, qui avait russi ses durs *travaux*, devint un exemple pour tous les adeptes du monothisme jusqu la fin du monde. Le Coran lui rend hommage maints endroits*: [Navions-nous pas dj offert la famille dIbrhm le Livre et la sagesse, en plus dun vaste royaume*?][7]*; [qui vous a lu sans ne vous accablez de la moindre gne dans votre religion qui est celle de votre pre Abraham, lequel vous a donn dans les Écritures antrieures le nom de musulmans que vous gardez encore dans ce Livre, afin que le Prophte soit tmoin que le message vous a t transmis, et que vous-mmes soyez tmoins que les hommes laient bien reu][8]*; (Qui donc se dtournerait de la confession dAbraham moins dtre un insens, Nous lavons lu ici-bas, et, dans lautre monde, il sigera parmi les justes Lorsque Son Seigneur lui ordonna de se soumettre, il rpondit promptement, je me soumets au Seigneur de lunivers Abraham, et Jacob par la suite, fit cette recommandation ses fils*: Mes Enfants, Dieu a choisi pour vous cette religion, alors soyez-y soumis jusqu la mort).[9]



Couvs lombre du grand thtre qui se jouait ciel ouvert sur la carte du monde, le temps tait enfin venu pour les Arabes de la Pninsule dentrer en scne afin dcrire leur propre page dans le grand registre de lHistoire des hommes. Les plans du Seigneur sont impeccables.



El Hasan et el Husan



Voici en complment ce sujet, une analyse subtile de Shekh el Islam ibn Tamiya sur les deux enfants de Âli (t)*: *Les anctres du Mahd remontent el Hasan non el Husan, car ces derniers ressemblent sous certains aspects aux deux enfants dIbrahim bien quils ne soient pas des prophtes. Pour les protger, le Prophte (r) invoquait Allah en ces termes*: *Je vous place sous la protection des Paroles Parfaites dAllah contre toute insufflation des dmons et tout mauvais il.*[10] Il disait ce sujet quIbrahim protgeait Isml et Ishq de cette faon.[11] Isml tait le plus grand et le plus sage des deux garons. Cest pourquoi, le Prophte a proclam du haut de sa chair alors quel Hasan se tenait avec lui*: *Mon fils que voici est un Sad (matre ndt.), par le biais duquel Allah va concilier entre deux grandes armes musulmanes.*[12] La plupart des prophtes provenaient de la descendance dIshq, et de la mme faon la plupart des Imams sont de la descendance de Husan. Or, le sceau (ou le dernier) des prophtes dont la religion sest rpandue sur toute la surface de la Terre est de la descendance dIsml, il convenait ainsi que le Mahd, ce Khalife bien guid qui sera le dernier des Khalifes soit de la descendance de Hasan.*[13]

Voici la preuve imparable qui lve le voile sur lidentit de lenfant-sacrifice



Selon ibn Âdil, lImm Ahmed a dit*: *La bonne opinion identifie Ismal comme tant lenfant-sacrifice. Celle-ci est corrobore par la grande majorit des savants au sein des anciens et des modernes.*



Dans Majm el fatwa de Shekh el Islam ibn Tamiya (4/331-336), nous trouvons ce passage rvlateur*: *Isml est le fils dIbrahim qui fut choisi pour le sacrifice de son pre comme ltablissent le Coran, la sunna, et un certain nombre de preuves qui sont notoires. Dailleurs, la Thora qui est entre les mains des dtenteurs du Livre le confirme. Les anciennes Écritures disent en effet*: *gorge ton fils unique*[14] Lautre traduction parle dun premier-n. Ismal fut bel et bien le fils unique cette poque et le premier-n du Patriarche lunanimit des savants musulmans et des hbreux, mais ces derniers ont falsifi leurs critures en y insrant Isaac. Par la suite, cette information, dont lorigine provient des Textes hbraques falsifis, sest rpandue. Cest pourquoi, nombre de musulmans adoptent lide que lenfant en question fut Ishq.*



*ton fils premier-n*, se trouve bel et bien dans la version du livre des Jubils, et le Targum Palestine signe avec *ton fils, ton unique engendr*.



Aprs lpreuve du bcher qui dboucha sur lexil du Patriarche, ce dernier implora*: (Seigneur, supplia-t-il, accorde-moi une pieuse postrit*! Quelques annes plus tard, au cours dune marche, autre traduction possible*: Et quand lenfant atteignit lge mr, au cours dune marche, son pre lui confia : Mon fils, je me suis vu en songe en train de timmoler).[15] Plusieurs narrations dibn Abbs dsignent lidentit de cet enfant en la personne dIsmal. On pourrait avancer que ces dictions ne sont pas suffisamment fortes pour atteindre le degr dauthenticit, sauf quen les recoupant avec dautres lments qui, eux, sont imparables, leur fiabilit se consolide considrablement. Nous avons notamment une narration de ce mme ibn Abbs qui, rapporte par el Bukhr (n 3364, 3365), jette la lumire sur le passage*: (Et quand lenfant atteignit lge mr, au cours dune marche).[16] Selon ibn Abbs, aprs avoir racont en dtail lpisode dAgar et dIsmal, et de la rencontre dAbraham avec les deux pouses successives de son fils, il trouva ce dernier non loin de la Kaaba en train de tailler ses flches. Le jeune homme se leva la rencontre de son pre, lui fit laccolade, et se mit sa disposition. L, Ibrahim, dun ton solennel linterpella*: *Mon fils, jai reu un ordre de la part de Dieu.

Soit, se rsigna Ismal, tu nas qu excuter lordre qui te vient de Ton Seigneur*!
Serais-tu prt maider*?
Je ne demande que cela.
Jai reu lordre de monter les fondations du Temple sacr.*


Ds lors, ils se mirent louvrage. Le fils faisait passer les pierres son pre qui les installait au fur et mesure. Quand ldifice commena devenir trop haut, Ismal plaa un rocher juste en dessous afin de permettre son pre dachever sa construction. Cest exactement lexplication du passage*: (Et pendant quIbrahim et Isml levaient les fondations de la Maison sacre, ils imploraient*: Seigneur, acceptes cet humble ouvrage, Toi le Dieu Entendant et Omniscient*! Seigneur, soumet-nous Ta Volont, ainsi quune partie de notre postrit, fais-nous voir nos rites, et pardonne-nous, car Tu es Absoluteur et Tout-Misricordieux Seigneur*! Envoie-leur un Messager issu des leurs afin quil leur rcite Tes Versets, quil leur enseigne le Livre et la Sagesse, et quil les purifie, Tu es certes le Dieu* Puissant et Sage).[17]



Ainsi, *lenfant qui atteignit lge mr* est le mme qui subit lpreuve du sacrifice. La seule chappatoire possible qui simpose Karim Hanifi est de dplacer Isaac la Mecque, et l, il semptrerait dans un bourbier tel que les chrtiens ne pourront plus le suivre.*Dailleurs, cest logique puisque Abraham avait demand Dieu de lui offrir un enfant juste aprs son exil sur les terres de Canaan, comme lexprime le contexte. Et qui fut ce premier enfant que Dieu lui fit cadeau*?

***************************

Par*: Karim Zentici

http://mizab.over-blog.com/






[1] Le Hatm est la partie non finie de la Kaba qui entre dans les fondations dIbrahim. Il fut appel ainsi, car il fut dtruit (ihtatama) par les inondations et le Hijr doit son nom au mur qui lentoure. Avant lavnement de Mohammed (r), les Qurashites manquaient de moyens pour reconstruire cette partie, car ils nacceptaient que largent honnte. Ils furent obligs de rduire la faade nord et montrent lendroit des fondations un mur qui resta tel quel jusquaujourdhui. Ils lui donnrent le nom de Hijr Isml. Cette appellation fait probablement allusion la fable selon laquelle le fils dIbrahim y serait enterr avec un certain nombre de prophtes. Cette histoire nest pas crdible, si lon sait que le Hijr doit son nom la partie manquante de la Kaba.

[2] Voir*: Akhbr Makka del Azraq (2/44-46), Dalil e-Nubuwwa del Bahaq (1/93), Sra ibn Hishm (1/89-90), el bidya wa e-nihya dibn Kathr (2/227).

[3] Cette version est rapporte dans Akhbr Makka del Azraq.

[4] Idem. (2/42-43).

[5] La vache*; 129

[6] La Gense*; 17.20

[7] Les femmes*; 54

[8] Le plerinage*; 78

[9] La vache*; 130-132

[10] Rapport par el Bukhr (3371), selon ibn Abbs.

[11] Cest un passage du Hadith prcdent.

[12] Rapport par el Bukhr (2704, 3629, 3746, 7109), selon Ab Bakra.

[13] Voir*: Jmi el Masil de Shekh el Islam ibn Tamiya qui propose certaines Fatwas indites (4/99).

[14] Voici les termes de la Traduction cumnique*: *Prends ton fils, ton unique, Isaac, que tu aimes. Pars pour le pays de Morriya et l, tu loffriras en holocauste sur celle des montagnes que je tindiquerais.* [Gense*; 22-3]

[15] Les ranges danges*; 101

[16] Les ranges danges*; 101

[17] La vache*; 127-129

​​​​​​​






 

« | »




02:19 PM

- -

Powered by vBulletin® Version 3.8.7
Copyright ©2000 - 2019, vBulletin Solutions, Inc.